une-ventre

Le ventre, centre du bien-être

Certains négligent leur ventre et n’accordent pas d’attention à leurs troubles digestifs ou du transit.
D’autres, totalement nombrilistes (c’est le cas de le dire !), vont en faire une obsession en cherchant à tout prix à ce qu’il soit le plus plat possible avec des muscles abdominaux bien apparents.

Quelle que soit l’attitude adoptée, ce qui est sûr, ce que le ventre occupe une place centrale dans notre corps, et se trouve aussi au cœur de notre santé et de notre bien-être, notamment émotionnel.

On considère d’ailleurs que les intestins sont telles nos racines car ils abritent l’énergie dont nous avons besoin pour vivre, régénérer notre santé et agir au quotidien.
Il est donc important d’être bien enracinés, présents dans notre ventre (aussi nommé « hara ») pour vivre en équilibre, avec stabilité et sécurité. C’est aussi du ventre que naîtront la force, la confiance, l’envie de passer à l’action.

Lovely long legs

Le ventre est aussi le centre d’accueil de la vie : il est le refuge des peines, des frustrations mais aussi de la rébellion qui s’y logent avec prédilection quand elles ne peuvent pas s’exprimer. Ainsi  des contrariétés, de l’angoisse, de l’anxiété… mal assimilées vont littéralement faire gonfler le ventre. Ce n’est pas par hasard si l’on dit « ça me gonfle », « je n’ai pas digéré ce qu’il m’a dit »…

Voici quelques conseils pour prendre soin de son ventre comme il le mérite : 

Avant tout, faire en sorte de bien digérer car les aliments passent d’abord par l’œsophage et l’estomac avant d’arriver dans l’intestin :
- en mangeant dans le calme, sans stress et sans faire autre chose en même temps, en restant raisonnable sur les quantités ingérées.
- En évitant trop de mélanges alimentaires (plus il y d’aliments différents et plus ils sont riches, plus longue et difficile sera leur digestion).
- En consommant les fruits frais à distance des repas pour ne pas entraver la digestion des autres aliments.
- En prenant si besoin des plantes digestives telles que l’artichaut, la gentiane, le radis noir, le fenouil, l’anis, la menthe, le romarin… en infusion, comprimés ou ampoules buvables.

Surveiller son transit intestinal car il est un précieux indicateur. Rappelons qu’il n’est absolument pas normal de n’aller aux toilettes que 2 à 3 fois par semaine comme c’est le cas pour certaines femmes.
Pour stimuler l’intestin, voici des solutions qui ont fait leurs preuves :
- consommer des aliments riches en fibres : céréales complètes, légumes et fruits frais comme secs et séchés.
- Prendre du magnésium : il a un effet décontractant au niveau musculaire.
- Boire 1 à 1,5 litre d’eau, thé, infusions par jour pour hydrater les matières.
- Tonifier la sangle abdominale grâce à l’activité physique. 2 exercices faciles à réaliser chez soi : monter sur la pointe des pieds, faire des  mouvements de balancier avec de petits haltères en inclinant la taille de gauche à droite pour stimuler le péristaltisme intestinal.
Et lâcher prise mentalement aussi !

All it takes is hard work

Faire des cures de probiotiques, ces fameuses bactéries qui nous veulent du bien : elles ré-ensemencent l’intestin et permettent de retrouver un bon équilibre en renforçant les défenses de l’organisme et en limitant la perméabilité de l’intestin.

Mettre de temps en temps le système digestif au repos grâce à une monodiète de fruits (raisin, pommes, bananes), riz, soupes ou bouillons de légumes sur une journée par semaine par exemple ou en sautant de temps en temps le dîner.

Boire des jus de légumes pour apaiser et restaurer les muqueuses intestinales fragilisées (donc sensibles et irritables) et rendues perméables.
Ces jus sont en plus très revitalisants (à condition d’avoir été réalisés à partir de légumes bio, de saison et de ne pas avoir été chauffés), antioxydants (donc protecteurs) et détoxifiants.
La base : carotte et / ou betterave rouge : très douces, plaisantes au goût et qui procurent en prime au jus une belle couleur vive. Il convient par contre d’éviter la tomate, trop acide.
La juste dose : 1 verre 15 à 30 minutes avant chaque repas principal en prenant le temps de le boire pour apprécier pleinement ses saveurs et pour mieux assimiler ses nutriments vitaux.

Quand on est bien dans son ventre, on se sent aussi mieux dans sa tête car tout est lié ! La notion de second cerveau se confirme plus que jamais.

Pour aller plus loin, vous pouvez vous reporter à l’article que nous avions déjà consacré au sujet, avec une sélection de 4 très bons livres dédiés à l’intestin : Quand l’intestin va, tout va

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>