La Grenade – Punica Granatum L.

 

La grenade est un fruit aux multiples propriétés, d’abord utilisée en gastronomie. Mais elle a de nombreux autres intérêts, de la cosmétique à la médecine. Petit tour d’horizon de ce fruit encore méconnu.

 

Histoire et géographie

La Grenade – Punica Granatum LDiscrète mais omniprésente autour du bassin méditerranéen et de la planète, la grenade a su se faire une place dans la gastronomie mais aussi et essentiellement dans la pharmacopée des hommes. Originaire de Perse et redécouverte à Carthage par les romains pendant les guerres puniques, la grenade obtient à cette époque son nom scientifique actuel de Punica Granatum L. De sa traduction latine, la « pomme aux multitudes de pépins » fait environ la même taille que la pomme traditionnelle et contient de multiples arilles d’un vermillon éclatant et juteux (plus de 300 pour la plus part des variétés).

Actuellement, nous pouvons trouver des grenades sur tous les marchés du monde. Ces fruits poussent dans des climats avec des hivers doux et des étés chaud et sec comme l’Afghanistan, l’Inde, l’Iran, le Maroc, la Tunisie et les Etats-Unis (La Californie) qui sont les plus gros producteurs et exportateurs mondiaux de grenade.


Structure et molécules

Comme pour le cochon, tout est bon dans la grenade, incluse l’écorce et les racines de l’arbuste. Selon la provenance des extraits que l’on fait nous retrouvons cependant diverses molécules et minéraux.

Voici une liste non exhaustive des éléments que nous retrouvons dans la grenade :

Dans le Jus de grenade (jus des arilles des graines du fruit), nous retrouvons les molécules suivantes :

Arilles (jus) Pépin de grenade (huile) Péricarpe du fruit de grenade (peau) Feuilles Fleurs Racines et écorces d’arbre
Anthocyanine





Glucose

Acide ascorbique

Acide ellagique

Acide gallique

Acide caféique

Catéchine

EGCG

Quercétine

Rutine

Minéraux (fer, calcium, cuivre, magnésium, manganèse, potassium, sodium, sélénium, zinc, etc.)

Aminoacides

95 % acide punicique





Acide ellagique

Acides gras

Stérol

Phenolique punicalagines





Acide gallique et d’autres acides gras

Catechine

EGCG

Quercetine

Rutine et d’autres flavonoides

Flavones

Anthocyanidines

Tannins (punicaline et punicafoline)





Flavones glycosides (lutéolines, apigénine , etc.)

Acide gallique





Acide ursolique

Triterpenoides (marsilinique, acide asiatique, etc.)

Ellagitannines (punicalines, punicalagines, etc.)





Alcaloïdes pipéridines


De l’arbre à la gélule

Base de la plupart des traitements « des maux de la femme » chez Hippocrate, la Punica Granatum L. a été reconnu pour ses propriétés thérapeutiques dans toutes les civilisations. Depuis moins d’une trentaine d’années, la grenade a confirmé cliniquement son potentiel curatif dans divers domaines médicaux allant de la dermatologie et de la nutrition jusqu’à son intégration dans les stratégies thérapeutiques de traitement de différents types de cancer.

Ainsi les principaux domaines étudiés actuellement avec les résultats les plus probants sont :

  • Traitement du cancer du sein par application de l’huile de pépins de grenade
  • Traitement contre le cancer de la prostate 15cl de jus frais de grenade tous les matins
  • Athérosclérose
  • Hypertension
  • Dysfonctionnements érectiles
  • Infertilité masculine
  • Maladie d’Alzheimer

De nouvelles applications médicales de grenade se développent tous les jours. L’université de Texas à Houston a publié ses premiers résultats in vitro d’applications des extraits de polyphénol de la grenade sur certaines souches du virus de la grippe (H3N2). Ainsi l’acide ellagique, l’acide caféique, la lutéonine et la punicalagine que contiennent la grenade semblent empêcher la multiplication et détruire le virus de la grippe.

Plus à la porté du grand public, les nouveaux extraits de grenade disponibles sur le marché nous permettent une utilisation plus conventionnelle dans les domaines de la cosmétique et de la médecine douce.

Sa forte concentration en anti-oxydant en fait ainsi un des arguments les plus percutants pour des traitements préventifs contre le vieillissement de nos organes et en particulier celui de la peau.

Plus simplement, il est intéressant d’introduire (si ce n’est déjà fait) la grenade dans notre alimentation journalière et dans ces cinq fruits et légumes qui nous sont recommandés quotidiennement avant et après toutes les pages de publicités dont nous abreuve si gentiment la télévision.


A lire pour les professionnels :

E.P. Lansky, R.A. Newman / Journal of Ethnopharmacology 109 (2007) 177–206
J. Jurenka / Alternative medecine review – volume 13 numero 2 2008

A lire pour tous :

G. Sitzia / La grenade une bombe de jeunesse – édition trédaniel- fev 2009

2 Commentaires

  1. hajar
    22 novembre 2011 at 15 h 18 min · Répondre

    est ce qu’il y a des gateau ou des creme ou des bonbon avec du grenade merci

  2. lunazen
    11 janvier 2010 at 16 h 24 min · Répondre

    Non seulement c’est bon mais en plus ça nous fait du bien! Un article intéressant, merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>