Une microbiote

La flore de la santé

Longtemps mal considéré, négligé, voire oublié, l’intestin est depuis quelques temps au centre de toutes (ou presque)les discussions et fait l’objet de multiples études.
En effet, il n’est désormais plus tabou d’évoquer les maux de ventre et problèmes de transit. Au contraire, il est bien vu d’en faire état librement et sans honte.
Cet organe majeur reçoit enfin toute l’attention qu’il mérite !
De quoi pouvoir demander directement et sans gêne : Comment allez-vous… à la selle ? selon l’expression originelle qui est tombée en désuétude au fil du temps.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit : évaluer la santé en s’intéressant à l’état de l’intestin, cet enchevêtrement de tuyaux mesurant près de 7 m de long au total, logeant au centre de notre corps.

Ainsi, les rayons santé & bien-être des librairies se sont significativement enrichis d’ouvrages mettant à l’honneur l’intestin et aussi la flore intestinale, plus justement nommée à présent « microbiote« .
Parmi les nouveautés en la matière, nous avons sélectionné le livre d’André Burckel, Le régime microbiote, dont le sous titre n’est autre que : La Santé passe par nos intestins.Regime microbiote BDLe microbiote est le terme désormais employé pour désigner la flore intestinale.

Quelques notions-clés avant d’aller plus loin :
- Nous hébergeons 40 000 milliards de bactéries dans notre côlon.
- Soit 2 fois plus que le nombre de cellules de notre organisme.
- On dénombre plus de 1000 espèces de bactéries différentes.
- Ces bactéries représentent un poids de 1 à 2 kg.
- Ce microbiote compte 3,3 millions de gènes, 150 fois plus que le génome humain.
- C’est un organe à part entière, lequel participe très largement à la santé.

Ce microbiote siège majoritairement dans le côlon et a pour mission principale de contribuer à la digestion et l’assimilation des aliments. Mais des recherches récentes ont mis en lumière un rôle de premier plan : il est responsable à lui seul 70% de notre immunité !
De plus, un microbiote de mauvaise qualité (quand les bactéries pathogènes sont en plus grand nombre que les bonnes bactéries) peut être responsable de troubles tels que : dérèglement immunitaire, problèmes de transit, douleurs abdominales, prise de poids, déséquilibre du métabolisme de l’insuline, inflammation du côlon, voire cancer du côlon.
Il devient donc plus qu’urgent de ne plus négliger cet écosystème interne.
Comment ? En veillant à son équilibre et tout d’abord en lui donnant à manger tout ce dont il a besoin pour fonctionner de façon optimale.
Et ce que préfère notre microbiote, ce sont les prébiotiques, des fibres spécifiques constituant l’unique nourriture des bonnes bactéries intestinales.

Asperge artichaut

Où les trouver ? Dans ces aliments naturellement riches en :
- amidons résistants : céréales complètes, légumineuses, tubercules, fruits frais, fruits à coque (dont la châtaigne). Ils sont dits résistants car, non digérés dans l’intestin grêle, ils parviennent intacts dans le côlon où les bonnes bactéries intestinales s’en régalent
- fructanes : des sucres lents complexes associant du fructose et du saccharose. Les principaux sont les FOS (Fructo Oligo Saccharides) et l’inuline. On les trouve dans : les légumes (asperge, artichaut, pissenlit, poireau, salsifis, oignon…), les tubercules (topinambour), les racines (chicorée), les fruits (banane, kaki, melon), les céréales complètes.
- bétaglucane : il s’agit d’un sucre lent complexe constitué d’une longue chaîne de glucose. Il est présent dans les parois cellulaires des céréales telles que l’orge, le sorgho, le seigle.
- fibres :  on ne les présente plus ! Ces fibres se trouvent largement dans les légumes et fruits frais, les céréales complètes et les légumineuses, les fruits séchés, les oléagineux…
- polyphénols : un groupe de 8 000 substances connues pour leurs vertus protectrices et antioxydantes parmi lesquelles on trouve les flavonoïdes, les anthocyanes, les tannins… Quelques sources : fruits et légumes (surtout les plus colorés), légumineuses, épices (curcuma, curry, poivre noir…) thé vert, chocolat, vin rouge, café…

Pour suivre le régime microbiote présenté dans ce livre, il convient donc de mettre chaque jour au menu ces différents aliments.
Cependant, selon André Burckel, il est important de peser les aliments prébiotiques :
- afin de vérifier que l’on en consomme une quantité adéquate (soit ni trop, ni trop peu) et de profiter pleinement de leurs bienfaits,
- mais aussi d’habituer progressivement son organisme pour l’aider à s’adapter à ces aliments si on les consommait peu jusqu’à présent.

Céréales

Ce guide pratique et pédagogique est accessible à tous.
Nous avons particulièrement aimé :
- sa présentation très claire et agréable.
- Ses tableaux récapitulatifs répertoriant les aliments riches en amidons résistants, fructanes, bétaglucane…
- Son texte très aéré, de taille suffisamment grande pour rendre sa lecture aisée.
- Ses photos en couleurs.
- La méthode découpée en 6 étapes.
- Les exemples de journées type et les recettes pour mettre en pratique le régime.
- Le livret d’achat, pratique et concret pour faciliter les achats.
- La mise en avant des aliments bio, en citant des marques telles que Markal, Celnat, Priméal, La Vie Claire, Lima, Danival… que l’on connaît bien et apprécie.
- Le fait que le végétal soit très largement à l’honneur dans ce régime.

Editons Mediclaro – 19,90€ – 216 pages

A commander sur ici ou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>