SLOW WAYS, une nouvelle tendance durable ? ……


Copyright © 2009 Bionessence

Copyright © 2009 Bionessence

Depuis plus d’un siècle, nous sommes devenus les esclaves de la vitesse, dans des domaines très diversifiés. Nous vivons au rythme de la « Fast life » ou « vie rapide », qui perturbe nos habitudes, modifie nos goûts et nos envies.

Mais un courant, aussi puissant soit-il, finit toujours par faire naître le courant inverse…

 


Copyright © 2009 Bionessence

Copyright © 2009 Bionessence

Slow food, slow design, slow wear…. Que sont réellement ces nouvelles tendances ? Un refus de consommation ? Une nouvelle façon de consommer ? Un phénomène de mode ? Le premier mouvement du slow fut amorcé le samedi 9 décembre 1989, lorsque les délégués de 15 pays ont approuvé le Manifeste de Slow Food (rédigé par Folco Portinari, l’un des membres fondateurs de l’association), lors d’une réception à l’Opéra Comique de Paris en présence de Carlo Petrini, président du mouvement Slow Food. C’est indéniablement une réaction à la “Junk Food” ou le culte de la restauration rapide, emblématiquement porté par Mac Donald’s. Dès lors, les activités de l’association visent à sauvegarder la biodiversité dans l’alimentation, à diffuser l’éducation au goût et à relier des producteurs d’aliments d’excellence à des consommateurs, à travers des événements divers.

 

 

Coussins de galets en laine de mérinos feutrée main - Copyright © mahatsara www.mahatsara.com

Coussins de galets en laine de mérinos feutrée main - Copyright © mahatsara www.mahatsara.com

Faisant écho au Slow Food, le Slow Design est lancé en 2004 par Alastair Fuad-Luke, universitaire anglais, qui propose aux designers de concevoir des objets slow design face à l’invasion d’objets déco standardisés, régis par les lois de la production. Cette tendance séduit créateurs et designers contemporains.

Les grands principes qui régissent le Slow Design sont la création opposée à l’idée de « rapidité » de l’industrialisation, le recyclage de matériaux, l’utilisation de matériaux encourageant le développement durable et les techniques traditionnelles.


Copyright © Cruselita www.cruselita.com

Copyright © Cruselita www.cruselita.com

Vient ensuite le Slow Wear, une nouvelle façon de consommer la mode. Depuis plusieurs années, la cadence de commercialisation dans l’habillement (la Fast Fashion) est basée sur une offre renouvelée en moyenne toutes les deux à six semaines dans les grandes chaînes de boutiques. L’influence du Slow Wear implique une autre bonne nouvelle pour les consommatrices qui ne veulent plus se faire avoir : le retour d’une qualité et d’une diversité des matières. L’époque du look pour le seul paraître est révolue. Dorénavant, la mode éthique est une réponse à de nouvelles envies en matière de mode. Au delà du simple vêtement écolo ou équitable, les créateurs de mode éthique reconsidèrent le facteur temps et la durée de vie du vêtement, avec la volonté de transmettre une philosophie de vie, un état d’esprit, un style.

 

 

Cette mouvance du SLOW ne se traduit pas par une volonté de moins consommer, mais avant tout de mieux consommer. Eviter la consommation de masse et la consommation impulsive, dire non à toute forme d’uniformisation de la mode, de l’alimentation et du design. Le Slow c’est dire OUI à la qualité, Oui à la biodiversité et OUI à la créativité. Ce que nous apprécions avant tout dans le Slow Design et le Slow Wear, c’est la griffe des créateurs et leur talent novateur. Face aux dictats de la mode, mieux vaut faire confiance à sa propre sensibilité…


Sources :


3 Commentaires

  1. Lunazen
    28 novembre 2009 at 20 h 17 min · Répondre

    Une tendance durable?, je l’espère, mais tout ce qui est tendance dure un temps, ensuite direction les oubliettes pour enfin revenir sur le devant de la scène.
    Le « slow » en général doit faire partie de notre hygiène de vie.

  2. Lunazen
    20 novembre 2009 at 14 h 54 min · Répondre

    Le slow a du bon car en effet dans notre civilisation actuelle, tout doit se faire vite!
    Les durées de vie sont courtes, ce qui crée une augmentation des déchets.
    De plus, nous avons moins de temps pour vivre tout simplement.

  3. Lilirose
    16 novembre 2009 at 13 h 46 min · Répondre

    Bravo pour cet article qui nous montre que l’homme peut aussi revenir à du « mieux ».
    Le slow way est en effet bien plus qu’une mode mais ne semble pas avoir encore touché tous les domaines : quid de la technologie (quand votre téléphone portable a 1 an il est déjà « vieux ») et des cosmétiques par exemple ?

    Lilirose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>