paleo

C’est décidé, je mange paléo !

J’ai toujours eu un profond respect pour les personnes talentueuses, et le moins que l’on puisse dire c’est que, côté talent, Amandine Geers et Olivier Degorge n’en manquent vraiment pas…

Nous avons eu la chance de poser quelques questions à Amandine à l’occasion de la sortie de son dernier livre (véritable COUP DE COEUR de la REDACTION) « Je mange « paléo », aux éditions TERRE VIVANTE. 

amandineBonjour Amandine, votre nouvel ouvrage s’appelle « Je mange « paléo » (ou presque !). Le nouveau régime tendance ?
Les mots régime et tendance sont bien loin de ma conception des choses et de la cuisine. Le modèle paléo n’est pas seulement une façon de s’alimenter, mais un mode de vie à part entière où l’exercice physique, l’exposition au soleil, les liens sociaux  harmonieux, la créativité sont aussi importants que l’alimentation.

On s’est aperçu que, non seulement, nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, avaient une espérance de vie remarquable, mais étaient en excellente santé.

C’est au néolithique, soit très récemment à l’échelle de l’humanité, au moment où l’homme s’est sédentarisé pour devenir producteur de sa nourriture (domestication, élevage, agriculture), que les premiers signes de carences et de maladies sont apparus.

L’alimentation paléo, inspirée du mode ancestral, peut se résumer par :

-       La fraîcheur : aliments non transformés et de première qualité

-       70% de végétaux frais (fruits, légumes, baies, noix, plantes…)

-       30 % de protéines variées (œuf, poisson et coquillage, viande maigre)

-       Limitation ou suppression des céréales (tout particulièrement les céréales contenant du gluten)

-       Limitation ou suppression des produits laitiers

-       Limitation du sel et suppression du sucre issu de la betterave ou de la canne

C’est finalement assez proche de ce que tout le monde fait déjà, mais la priorité est vraiment donnée au végétal et à la variété. Ce modèle est celui qui contient le plus de végétaux frais. 

Je mange paléo

Vous proposez 50 recettes sans gluten, lactose, ni sucre… et sans plaisir ?
Le gluten (contenu dans les céréales : seigle, avoine, blé et dérivés et orge), le lactose, et le sucre blanc ne sont pas les emblèmes du plaisir gastronomique ! Au contraire, ils induisent un certain nombre de désagréments pour de nombreuses personnes. Nous consommons trop de pain, trop de lait, trop de sucre, qu’ils soient cachés ou non.

L’alimentation paléo mise avant tout sur une grande variété d’aliments frais et de première qualité (baies, fruits, légumes, noix, racines, plantes, algues, œufs, poissons, viande…). C’est une invitation à enrichir notre assiette de saveurs, de textures et de couleurs, bien loin de la morosité du plat de céréales accompagné d’un peu de légumes ou d’une sauce toute prête !

Tous les ingrédients sont là pour allier santé et plaisir !

Comment concilier alimentation façon Cro-magnon et euphorie de nos papilles ?
De la manière la plus simple du monde.

En tant que Cro-Magnon, vous supprimerez les produits tout prêts sans saveur, et les aliments raffinés insipides. Vous opterez pour les produits de saison gorgés de parfums, de saveurs et de substances nutritives. Vous retirez beaucoup de satisfaction en faisant attention à la provenance de votre nourriture. Si vous lorgnez sur un fromage, vous l’achèterez car la frustration est l’ennemie du bien, mais vous le choisirez au lait cru, non pasteurisé, issu d’un élevage qui broute de l’herbe.

Vous prendrez le temps de mastiquer et de savourer chaque bouchée.

C’est le moment de mettre en place un petit jeu comme celui qui consiste à ne pas servir un plat ou une assiette si elle ne comporte pas au minimum 5 éléments ou couleurs différentes. Vous allez vous amuser terriblement et ajouter des ingrédients comme les herbes fraîches, les noix, des épices, le miel, les huiles crues, les fruits séchés et les plantes sauvages pourquoi pas !  

Se débarrasser du superflu, n’est-ce pas au final une excellente façon de redécouvrir le goût des choses ?
Mais oui, le goût des choses, c’est tout à fait ça ! Trop de normalisation dans l’alimentation est un handicap pour nos sens. Nos papilles ne demandent qu’à être rééduquées. Varier notre alimentation, se poser des questions et donner du sens à nos choix, apprécier de manger des choses simples, prendre le temps de préparer le repas, d’aller au marché à la rencontre des producteurs ou glaner des petites choses dans la nature, quelles formidables occasions de booster notre créativité et de nous faire plaisir.

Triptique 

Si vous ne deviez retenir qu’une recette, laquelle serait-elle ?
Je ne peux pas retenir une seule recette car c’est la diversité au cours de la journée ou de la semaine qui compte. Je me laisse guider par les envies et les produits qui m’attirent par leur apparence. Dans notre livre, nous nous inspirons du mode alimentaire paléo, en utilisant les produits disponibles aujourd’hui. Alors je peux me régaler de brownies paléo (avec chocolat noir, huile de coco, amande et miel d’acacia), d’une salade de tomates anciennes aux figues avec beaucoup d’herbes fraîches, d’une soupe de moules aux orties et au lait de coco ou encore d’un carpaccio de bœuf au câpres et aux pignons…

Comment décriveriez-vous un mode de vie résolument   »paléo » ?
C’est une bonne question. C’est important de souligner qu’une bonne alimentation n’est pas suffisante. J’en parle dans le livre. Il faut sortir de la grotte.

Le bon cocktail se compose d’un peu de sport (étirements, marche, prendre les escaliers, sortir promener le chien, aller se promener dans la nature), lever les yeux vers le ciel, profiter du soleil, respirer à plein poumons. Travailler ou avoir une activité créative, prendre du temps avec nos enfants et nos amis, jouer et rigoler, manger simplement mais en conscience, dormir et limiter les facteurs de stress. Ce modèle se veut simple et intuitif. Il ne s’agit en aucun cas de souffrir pour atteindre des objectifs, mais de réaliser le bien-être que nous procurent le mouvement et les activités libres.

Mais le plus important selon moi est d’éviter les enfermements qu’ils soient physiques ou intellectuels. La frustration, les querelles de clochers et les dogmes en tout genre ne font pas bon ménage avec l’épanouissement, la vitalité et la santé.

….

Mille mercis à Amandine pour ses réponses pertinentes et son franc-parler !

Retrouvez Amandine le  24 juin à la Recyclerie (Paris 18ème) à l’heure de l’apéro pour une mini conférence illustrée suivie de discussions et échanges autour de l’alimentation Paléo. Pour en savoir plus : http://whats-for-dinner.info

Crédit photos : Amandine Geers & Olivier Degorge 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>